( 21 mai, 2018 )

NOUVELLES REGLES DE CONFIDENTIALITE

Bonjour à tous.

Aujourd’hui je n’écris pas d’article, mais je vous envoie les NOUVELLES REGLES DE CONFIDENTIALITE qui

sont obligatoires pour tout site internet à partir du 25 mai 2018.

En continuant à utiliser mes services le ou après le 25 mai 2018, vous reconnaissez cette politique de confidentialité 

Vous les trouverez ci-dessous, et en ne spécifiant pas, par mail à correction-occitane@orange.fr que vous vous y opposez, 

elles prendront effet le 25 mai 2018.

CORRECTION OCCITANE

REGLES DE CONFIDENTIALITE

 Ces règles de confidentialité décrivent la façon dont je recueille, utilise et partage des informations, ainsi qu’à quelles occasions, lorsque vous passez commande chez moi ou sur les sites et services qui y sont liés.

Ces règles ne s’appliquent pas aux pratiques de tierces parties que je ne détiens pas ou ne contrôle pas, et notamment à tout service tiers auquel vous pouvez accéder via Correction Occitane.

 Traitement des commandes :

Pour traiter votre commande, vous devez me fournir certaines informations, et notamment vos nom, email, adresse postale, numéro de téléphone, coordonnées de paiement, ainsi que le descriptif du produit que vous commandez. Vous pouvez également décider de me communiquer certaines informations personnelles complémentaires en me contactant directement.

 Pourquoi j’ai besoin de vos informations et comment je les utilise :

Je m’appuie sur un certain nombre de bases légales pour recueillir, utiliser et partager vos informations, et notamment :

- pour vous fournir mes services, par exemple lorsque j’utilise vos informations pour traiter votre commande, résoudre un litige ou assurer le service client.

- lorsque vous m’avez donné votre consentement explicite, que vous pouvez révoquer à tout   moment.

-  si nécessaire, pour répondre à une obligation légale ou un arrêt juridique.

- si nécessaire, pour fournir et améliorer mes services. J’utilise vos informations pour vous fournir les services que vous m’avez demandés, et dans mon intérêt légitime à améliorer ces services.

 Je n’utilise vos informations que pour me conformer à mes obligations, définies par les Conditions Générales de Vente figurant sur mon site : correction-occitane.fr.

 Le partage et la diffusion d’informations :

Les informations concernant mes clients sont importantes pour mon activité. Je ne partagerai vos informations personnelles que pour un nombre très limité de raisons, par exemple en cas de  transfert d’activité. Si je vends mon entreprise ou la fusionne avec une autre, je peux avoir à communiquer vos informations dans le cadre de cette transaction mais uniquement dans la mesure autorisée par la loi, et avec votre accord écrit.

 Conservation des données :

Je conserve vos informations uniquement aussi longtemps que nécessaire pour vous fournir mes services et aux fins établies dans mes règles de confidentialité. Je peux également avoir à conserver ces informations pour me conformer à des obligations législatives et juridiques, résoudre des litiges et faire appliquer mes engagements. Je les conserve généralement pour une durée de : 4 ans.

Vos droits :

Si vous êtes résident de certains territoires, et notamment de l’Union Européenne, vous disposez de certains droits relatifs à vos informations personnelles. Certains de ces droits s’appliquent de façon générale, et d’autres uniquement dans des cas limités. Ces droits sont décrits ci-dessous :

 Accession :

Vous avez le droit d’accéder aux informations personnelles que je détiens vous concernant et d’en recevoir une copie en me contactant. Vous trouverez mes coordonnées ci-dessous.

Modifications, restriction, suppression :

Vous avec également le droit de modifier vos informations personnelles, de restreindre mon utilisation de celles-ci ou de les supprimer. En dehors de circonstances exceptionnelles (si je devais par exemple conserver les données liées à mon activité pour des raisons légales), je supprimerai vos informations personnelles sur simple demande.

Opposition :

Vous pouvez vous opposer :

-  à ce que je traite certaines de vos informations dans le cadre de mes intérêts légitimes.

-  à la réception de messages marketing de ma part, après avoir explicitement consenti à les recevoir. Dans ces cas précis, je supprimerai vos informations personnelles à moins de disposer de motifs légitimes pour poursuivre l’utilisation de celles-ci, ou dans les cas où elles sont nécessaires pour des raisons légales.

Plainte :

Si vous résidez dans l’Union européenne et que vous souhaitez manifester une inquiétude quant à mon utilisation de vos informations (et sans porter atteinte aux autres droits dont vous pouvez bénéficier), vous pouvez le faire auprès de vos autorités locales de protection des données.

 Comment me contacter :

Dans le cadre de la loi européenne sur la protection des données, je soussignée, THOMAS Arlette, suis le contrôleur de données en ce qui concerne vos informations personnelles. Pour toute question ou préoccupation, vous pouvez me contacter sur mon email : correction-occitane@orange.fr.

Vous pouvez également m’envoyer un courrier postal à l’adresse :

 

THOMAS Arlette

210, rue Jean Vilar

30130 PONT SAINT ESPRIT

06 18 92 35 16

 En continuant à utiliser mes services le ou après le 23 mai 2018, vous reconnaissez cette politique de confidentialité mise à jour. N’hésitez pas à contacter correction-occitane.fr si vous avez des questions.

Merci de faire partie de la communauté Correction Occitane.

 

 

 

 

( 14 mai, 2018 )

AVOIR DU TOUPET

D’où vient l’expression

« AVOIR DU TOUPET ! » ?

 

« Avoir du toupet » consiste à avoir du culot, à réaliser des actes que le commun des mortels n’ose pas accomplir !

Cette expression date du XVIe siècle, et trouve son origine en Italie.

A cette époque,les seigneurs pouvaient fait appel à des « bravi », que l’on peut assimiler, aujourd’hui, à des tueurs à gages, dans le but d’éliminer des opposants.

En raison du caractère dangereux de leurs actions, ceux-ci ne souhaitaient pas être reconnus. Aussi pour commettre leurs forfaits, ils se cachaient derrière une large mèche de cheveux sur le sommet du front, appelée « toupet ».

Ils pouvaient, soit la laisser retomber sur le visage pour dissimuler leur identité, soit la maintenir sous un chapeau quand ils n’étaient pas en mission. De plus ils arboraient souvent une barbe fournie.

La pratique de dissimulation de ces assassins est restée célèbre, et traversa la frontière pour être utilisée en France, où elle désigne, le plus souvent, une audace verbale.

( 14 mai, 2018 )

L’ETE INDIEN

Pourquoi parle-t-on

d’ “ETE INDIEN” ?

 

« L’été indien » est une période de l’année durant laquelle le temps est ensoleillé et les températures douces.

Il survient en automne, le plus souvent entre le mois d’octobre et le début du mois de novembre. Mais il ne revient pas forcément tous les ans.

Ce phénomène météorologique s’observe principalement en Amérique du Nord, surtout au Canada.

Dans ce pays occupé jadis par les peuples indiens, l’expression « Indian Summer » aurait vu le jour vers 1820. Mais il semble que l’écrivain Hector St-John de Crevecoeur l’avait déjà utilisée en 1778.

Son origine est incertaine. Il est fort possible que cette période de l’année, qui connaît de belles journées, soit nommée ainsi tout simplement parce que l’été indien est commun dans les anciens territoires indiens du Nord de l’Amérique.

Mais d’autres explications existent, liées notamment à la fin de la période des récoltes effectuées par les Indiens, et à leur migration annuelle vers l’intérieur des terres qui avait lieu, semble-t-il, juste avant l’hiver.

 

( 14 mai, 2018 )

DES NOMS D’OISEAUX

Pourquoi dit-on 

« DES NOMS D’OISEAUX » ?

Donner « des noms d’oiseaux » à quelqu’un consiste à l’injurier en utilisant des qualificatifs insultants. Le terme est souvent moins brutal qu’une véritable insulte.

On « donne des noms d’oiseaux » depuis la fin du XIXe siècle.

Le sens de cette expression a une explication très simple.

Depuis des siècles l’homme utilise le nom de véritables oiseaux comme autant d’insultes.

En voici quelques exemples : « avoir une cervelle de moineau » se dit de quelqu’un limité intellectuellement, une « bécasse » ou une « dinde » sont employés pour désigner pour une femme idiote, une « pie » pour un individu trop bavard, une « buse » pour un ignorant, une « autruche » pour qui refuse de voir la vérité en face, un « corbeau » pour l’auteur de dénonciations anonymes, une « grue » pour une prostituée ou une femme entretenue, ou encore une « poule mouillée » pour désigner celui qui est peureux.

( 4 mai, 2018 )

ETRE AU TAQUET

Quelle est l’origine de l’expression :

« ETRE AU TAQUET » ?

Une personne qui est « au taquet » est très motivée, à la fois prête, agissante, ou impatiente d’entrer en action.

Elle peut également être à la limite de ses capacités, et ne pouvoir plus assurer aucune tâche supplémentaire.

Le taquet fut, dans l’histoire, le nom de différents objets qui partagent une idée commune : celle de bloquer, d’être une limite.

Au XVe siècle, on utilisait ce mot pour désigner une loquet, un morceau de bois permettant de maintenir une porte fermée.

En mer, dès le XVIIe siècle, le taquet désigna, par ailleurs, une pièce utilisée sur les bateaux pour maintenir un cordage dans une certaine position. Enfin, plus récemment, il servait à bloquer le chariot des machines à écrire.

Le taquet est donc, en toute hypothèse, synonyme de limite physique.

Par la suite, il fut, tout naturellement, utilisé pour exprimer l’idée de toute limite, quelle que soit sa nature.

On dit d’ailleurs, parfois « je suis à fond », pour dire « au taquet ».

( 4 mai, 2018 )

TRAÎNER DES CASSEROLES

Pourquoi dit-on :

« TRAÎNER DES CASSEROLES » ?

« Avoir des casseroles » ou « traîner des casseroles » signifie être mêlé à des affaires qui ont des conséquences sur la réputation.

Il s’agit d’une métaphore qui exprime le fait de subir les effets négatifs d’un acte commis antérieurement.

Cette expression date du XXe siècle, et se trouve être très utilisée dans le monde politique, où les casseroles peuvent peser lourd lors d’une campagne électorale.

Elle trouverait son origine dans un jeu d’enfants, qui consistait à attacher des récipients métalliques, comme des casseroles, à la queue d’un chien, lequel, effrayé par leur bruit sur le sol, se mettait à courir à toute allure, et dans tous les sens.

Ces casseroles sont donc devenues, naturellement, le symbole de l’embarras, de la gêne, mais aussi d’événements ou de faits dont il est devenu difficile de se débarrasser.

La métaphore, appliquée à la politique, est ainsi particulièrement explicite.

( 4 mai, 2018 )

CA FAIT DES LUSTRES

D’où vient l’expression :

« CA FAIT DES LUSTRES » ?

« Ça fait des lustres » signifie « ça fait très longtemps ».

L’expression date du XVIIe siècle.

Les « lustres » en question ne sont pas des appareils d’éclairage suspendus au plafond des salons !!!

Le lustre fait ici référence à l’unité de temps du même nom, qui correspondait à une durée de 5 ans dans la Rome antique.

A cette époque, le lustre était, plus précisément, une cérémonie de purification effectuée avant les recensements, réalisés tous les cinq ans.

A cette occasion les censeurs, c’est à dire les hauts magistrats, le plus souvent choisis parmi les anciens consuls, étaient élus.

Mais le lustre désignait tout aussi bien la cérémonie que le laps de temps s’écoulant entre deux « lustres ».

Par extension, l’expression utilisée au pluriel :  « des lustres », a pris le sens d’une période tout à la fois étendue, et imprécise.

( 30 avril, 2018 )

MANGER SUR LE POUCE

D’où vient l’expression

« MANGER SUR LE POUCE » ?

On mange sur le pouce quand on déjeune, ou qu’on dîne, dans la hâte, sans prendre le temps de profiter de son repas.

On trouve la première trace de cette expression au XIXe siècle.

Elle est directement liée à une pratique, particulièrement développée, à cette époque, à la guerre ou sur les chantiers, mais qui existe encore de nos jours.

Quand le temps manque pour s’asseoir confortablement et manger dans des assiettes, avec fourchettes et couteaux, on peut tout simplement couper une tranche de pain et se faire des tartines ou un sandwich.

Pour couper le pain on utilise le pouce comme appui. Il sert également à maintenir la nourriture ainsi coupée, entre la lame et la main, pour pouvoir la porter à la bouche.

Ce doigt a donc un rôle particulièrement important quand on mange rapidement.

En réalité on ne mange pas « sur » le pouce mais bien plutôt « grâce » à lui !

( 30 avril, 2018 )

FAIRE UN TABAC

Pourquoi dit-on

« FAIRE UN TABAC » ?

« Faire un tabac » signifie rencontrer un succès considérable.

Il semblerait que cette expression trouve son origine dans le vocabulaire utilisé par les marins du XIXe siècle.

A l’époque, un « coup de tabac » est une tempête brusque, intense, avec de forts vents et du tonnerre. Elle fait, par conséquent, beaucoup de bruit.

Par extension, on a utilisé cette expression dans le milieu artistique, quand un spectacle se concluait par des applaudissements nourris. Ainsi, au début du XXe siècle, on disait « avoir le gros tabac » quand un artiste était chaleureusement et bruyamment salué par les spectateurs, comme un coup de tonnerre lors d’une tempête en mer.

Par la suite, l’expression s’est simplifiée, pour devenir « faire un tabac » et son utilisation a dépassé le strict cadre des représentations artistiques.

Aujourd’hui, dans tous les domaines, on peut « faire un tabac » ou « faire un bide », ce qui est carrément le contraire !!!

( 30 avril, 2018 )

ETRE BABA

Pourquoi dit-on

« ETRE BABA » ?

« Etre baba » ou « rester baba » consiste à être surpris, stupéfait.

Le recours au terme « baba » peut sembler énigmatique.

Créé à la fin du XVIIIe siècle, il vient du mot « batare » en bas-latin, qui avait pour signification « ébahi » ou « ouvrir la bouche ».

Mais il semble que « baba » ait été, auparavant, une onomatopée utilisée pour indiquer un état de grand étonnement.

La personne qui était baba ne pouvait plus prononcer de mots intelligibles, compte tenu du degré d’ébahissement où elle était.

Il semble que l’expression « rester comme Baba » ait également existé.

Mais attention, ce baba-ci est différent du baba de l’expression « l’avoir dans le baba », qui signifie « se faire avoir », et dont le baba désigne le sexe féminin. A la fin du XIXe siècle, l’expression perd son allusion obscène, et connait le sens que nous lui attribuons de nos jours.

123456
Page Suivante »
|